• mirlande

Elections de 2022, un tremplin pour l’exercice de la citoyenneté ?

Il y a quelques semaines, je suis allée voir Miss or Mister President ? à International Visual Theatre*. Satire en LSF adaptée en français, ce spectacle écrit par Jennifer Lesage-David met en scène un débat présidentiel loufoque dans une société où les sourds seraient majoritaires. Un gentil renversement des rôles, où l’accessibilité des entendants devient un enjeu de campagne.


Difficile de retenir ses rires lorsque l’interprète vers le français, reléguée à un minuscule encart qui ne laisse voir que son visage et ses lèvres, finit par se révolter et prive les spectateurs entendants de toute forme de compréhension !


À l’aube des élections présidentielles, le retour de ce spectacle créé en 2019 n’est évidemment pas anodin. Ces situations, aussi absurdes soient-elles, les personnes sourdes les connaissent assez bien au quotidien.


Dernier exemple en date : le 22 février dernier se déroulait la journée « Des Candidats et des jeunes » où 100 jeunes étaient invités à poser leurs questions aux candidats à l’élection présidentielle. Organisé en présentiel à la Maison de la radio et accessible sur Youtube, l’événement était présenté comme accessible avec interprétation LSF et transcription simultanée.


Surprise en ligne, l’interprète était bien présent – dans un médaillon riquiqui au passage –, mais point de transcription ! Eh oui, l’écran n’était en fait visible que dans la salle.


Si la frustration est de mise, c’est bien parce que les débats politiques, souvent très médiatisés, sont notoirement peu accessibles.

Crédit Photo : IVT


C’est tout un travail de patchwork qui s’ensuit sur les médias et réseaux sociaux pour tenter de rapiécer les échanges. Peut-on vraiment faire un choix éclairé dans ces conditions ?


Le code électoral prévoit depuis le 1er janvier 2022 une campagne accessible. En partenariat avec le CESE, le CNCPH a lancé le 27 janvier un Observatoire de l’accessibilité des campagnes électorales et des scrutins de 2022 qui doit permettre de suivre les actions mises en œuvre par les candidats, de valoriser les bonnes pratiques et émettre des recommandations.


Les personnes sourdes ne sont bien évidemment pas les seules concernées : de la profession de foi au bureau de vote, nombreux sont les obstacles qui sèment le chemin des personnes handicapées vers l’isoloir. Prenons par exemple la propagande que nous recevons par courrier, ou les tracts distribués dans la rue : ils ne sont actuellement adaptés ni aux malvoyants, ni aux personnes porteuses un handicap mental, ni-même à des sourds signants.


Le numérique tient donc une place primordiale pour proposer des contenus bien balisés pour un lecteur vocal, des textes rédigés en FALC** ou des programmes traduits en LSF. Mais au lancement de l’Observatoire il y a un mois, aucun des candidats ne s’était encore penché sur le sujet sur son site internet. Si des mesures ont été prises depuis – de façon très hétérogène –, elles sont encore loin d’être suffisantes et surtout, elles interviennent bien tard à seulement 2 mois du scrutin final.


Ce sont pourtant des millions de personnes en âge de voter qui sont concernées ! Et ce n’est pas l’intérêt qui manque. Une récente étude menée par la Fondation Jean Jaurès et l’association Média Pi’ sur l’accès des sourds à l‘information a par exemple montré que certaines personnes « tentées de se désintéresser totalement de l’actualité, y étaient en fait totalement accros lorsqu’elles y avaient accès. ». Ce qui a récemment conduit l’association à créer une émission en LSF décryptant les diverses positions des candidats sur des thématiques précises. Une vulgarisation assez exemplaire.


En effet, il n’y a pas que les sujets de handicap qui intéressent les personnes handicapées ! Penser le contraire revient à les écarter du débat public. Une hérésie, alors que la part des élus en situation de handicap en France reste absolument dérisoire et l’exercice de leur mandat miné par des difficultés persistantes.


Espérons alors que les candidats seront nombreux à prendre conscience de l’enjeu.

Car ce n’est pas faire un choix éclairé que de voter pour un candidat sur la base de l’accessibilité de sa campagne. C’est même indigne d’une démocratie.



Manon Petit, chargée de mécénat et partenariats chez Séquences Clés Productions


*Les représentations de Miss or Mister President ? se sont achevées à IVT le 13 février 2022 mais le spectacle est en tournée et de nouvelles dates pourront venir s’ajouter

** Facile à lire et à comprendre