• mdegorce

AAH : la déconjugalisation enfin votée à l’Assemblée



Quasi-unanimité pour l’individualisation de l’AAH. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les députés se sont prononcés en faveur de la déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés. 429 députés – moins une voix – ont donc entérinée cette mesure, qualifiée « d’historique » dans l’Hémicycle.


Rappelons que l’AAH permet aux personnes dont le handicap rend l’accès au marché du travail impossible de disposer d’une ressource, d’un montant maximal de 919,86 euros. Problème : ce montant est aujourd’hui calculé sur la base des revenus du conjoint.

En d’autres termes, le montant de l'AAH décroît dès que les revenus du conjoint atteignent le SMIC, pour finalement atteindre 0 s'il dispose de plus de 2270 € mensuels. Une aberration économique que dénoncent depuis plusieurs années de nombreuses associations, bataillant contre une mesure capable de créer des situations de dépendance, voire de violence conjugale.


À ce jour, l’AAH concerne 1,2 million de citoyen dont 270 000 en couple. Selon les estimations de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), 160 000 personnes seraient concernées par le sujet et verraient leur allocation augmenter de 300 euros en moyenne.


Tension autour de la mise en application


Reste tout de même un point de discorde. En effet, la mesure votée cette nuit ne devrait pas être mise en œuvre avant le 1er octobre 2023 selon Olivier Véran, interrogé ce matin sur France Info. Un délai qui fait d’ores et déjà débat au sein du Gouvernement, où les partis d’opposition militent pour une mise en œuvre plus rapide. À suivre, donc.